La rédaction

La presse en parle (17/7/2015)

Ile-de-France : des «plages urbaines» très en vogue (http://m.lesechos.fr- par Marie-lorraine Tresca)

Les douze « îles de loisirs » de la région se sont parées de structures estivales pour permettre aux Franciliens qui ne partent pas en vacances de se prélasser au soleil, au bord de l’eau.

Fendre les vagues en surf ou en wakeboard, c’est maintenant possible aux portes de Paris. A l’instar du concept Paris-plage lancé en 2002, d’autres villes franciliennes ont déchargé des tonnes de sable pour alimenter leurs plages urbaines, recouvertes elles aussi cet été de parasols et de transats. Créteil, Cergy-Pontoise, Verneuil sur Seine … Plus besoin de partir loin pour s’aérer en Ile-de-France, il suffit de se rendre dans l’une des douze « îles de loisirs » que compte la région. Etalées sur plus de 3.000 hectares d’espaces préservés, ouvertes et accessibles à tous, elles sont des lieux de vacances pour ceux qui ne peuvent se payer le luxe ou le temps de s’éloigner de la capitale.

 

Un stade d’eau vive

Chacune de ces îles propose des activités différentes. Celle de Cergy, encerclée de palmiers et de paillotes, se targue d’être la plus grande et la plus sportive : les sports nautiques y règnent en maîtres, avec leurs trois équipements innovants. Grande première en Europe, le président du site y a fait installer un stade d’eau vive pour les adeptes du rafting ou du kayak. Pour devenir des as du wakeboard, les vacanciers les plus téméraires se rabattent plutôt sur le nouveau téléski nautique. Plus improbable encore, ils peuvent même s’essayer au surf, grâce à un système d’eau projetée sur une bâche inclinée qui créé une vague statique de 256 mètres carrés. « Cette nouvelle activité a du succès, elle rend vraiment les gens heureux », s’enthousiasme Sylvain de Smet, conseiller régional du Val d’Oise et président de l’île depuis l’année dernière.

A Boucles de Seine, dans les Yvelines, les amateurs de hand-ball ou de beach-volley tracent directement leurs terrains de jeux sur des parcelles de sable louées sur le site. A Draveil, l’ « île des loisirs » du Port aux Cerises allie verdure et plans d’eau pour ceux qui rêvent de passer leur permis bateau, de jouer au golf ou de se promener à cheval. A Vaires-Torcy, de jouer au squash, de s’entraîner au fitness ou de planter sa tente de camping.

Un concept qui séduit de plus en plus

En tout, ce sont 4 millions de franciliens qui se rendent annuellement dans l’un des douze sites de la région. « Jusqu’à présent, l’île de Cergy-Pontoise était fréquentée chaque année par 1 million de personnes. Et elle ne désemplit pas : en 2015, nous tablons même plutôt sur un million et demi… », souligne encore Sylvain de Smet.

Des franciliens et des touristes de toutes catégories sociales, de tous âges confondus, viennent se prélasser sur les plages du site. En semaine, ce sont plutôt les enfants des différents centres de loisirs de la région. Le week-end, et plus particulièrement le dimanche, c’est un public plus familial, qui vient profiter de l’espace pour organiser des barbecues ou s’accorder une petite sieste au bord de l’eau.

Un investissement financé à 100 % région

« Les propriétés foncières appartiennent à la région, c’est elle qui finance 100% des investissements, soit environ 15 millions d’euros chaque année. Globalement, nous avons un différentiel de 5 à 6 millions d’euros de dépenses par rapport aux recettes », précise Francis Parny, le vice-président de la région Ile-de-France chargé du sport et des loisirs. Il est pourtant loin d’être alarmiste : « Nous assurons un service public, tributaire de la météo : quand il fait très beau, il y a plus de monde, et donc plus de charge de surveillance de baignades, par exemple ».

Pour autant, la région se refuse à augmenter le prix des entrées sur les îles. Elle a même pris l’initiative de délivrer 100.000 « tickets loisirs », permettant l’accès aux sites, à des associations caritatives pour que celles-ci les redistribuent aux jeunes ou aux familles les plus modestes. Favoriser cette mixité sociale, c’est là l’une des ambitions de campagne phare d’Emmanuelle Cosse, la tête de liste du rassemblement écologiste et citoyen, qui visitera l’île lundi 20 Juillet. L’occasion pour elle de rappeler que le dézonage estival du Pass Navigo et des pass Imagin’R, initié par les Verts en 2013, a permis une importante hausse de la fréquentation des îles de loisirs.

Île-de-loisirs

Et ils sont accessibles aux personnes à mobilité réduite !