La rédaction

Des espaces pour se réconcilier avec son territoire et la nature !

En 2009, le Conseil régional adoptait son Agenda 21, marquant ainsi sa volonté politique de faire de l’Ile-de-France la première Eco-Région d’Europe et engageant le processus de transition écologique et énergétique. Les îles de loisirs, propriétés de la Région, s’étendent sur près de 3.000 hectares. Elles constituent au sein de l’Ile-de-France des lieux fédérateurs et de vie qui contribuent à la construction et la diffusion d’une culture partagée du développement durable.

Sur ces 12 sites, le patrimoine naturel est d’une grande richesse, la biodiversité est soignée, les milieux (humides, secs, boisés…) sont préservés et les différents paysages mis en valeur. La gestion différenciée est de mise et les produits phytosanitaires sont proscrits, hormis sur les golfs où l’usage reste néanmoins raisonnée.

 gétale

s ont été recensées dont 130 sont

 

 

 

De nombreuses espèces végétales ou faunistiques protégées et même rares y sont recensées. En 2010, un diagnostic réalisé par la Région a fait valoir que 19 habitats naturels différents se sont développés sur ces sites, 300 espèces végétales ont été recensées dont 130 sont considérées remarquables. considérées remarquables. La faune est tout aussi riche. On y trouve 78 espèces nicheuses dont 18 sont remarquables. Cette richesse a permis à quatre îles de loisirs d’être partiellement ou totalement inscrites en territoire NATURA 2000 au titre de la directive oiseaux (Boucles de Seine, Saint-Quentin-en-Yvelines, Jablines-Annet et Buthiers).

De son côté la Région s’attache à assurer une démarche de développement durable homogène lors de l’élaboration des projets de développement, qu’il s’agisse de constructions neuves, de réhabilitations de bâtiments, de création d’équipements, de cheminements pour les modes actifs ou de voirie. Cette méthodologie a fait l’objet en 2014 d’un guide aménagement et construction durable spécifique aux îles de loisirs, qui vient s’imposer systématiquement aux entreprises et bureaux d’études intervenant sur les îles.

Dans ces lieux où le cadre est souvent exceptionnel, chacune et chacun a la responsabilité d’être exemplaire. Dans le droit fil du prochain sommet mondial sur le changement climatique, ces espaces visent une exemplarité environnementale en matière de biodiversité, de maîtrise de l’énergie et de gestion des déchets. Cette exemplarité ne saurait être atteinte sans le respect par toutes et tous de règles simples : interdictions de nourrissage des animaux, interdiction de feux au sol dans certaines zones, respect des consignes de tri sélectif des déchets, tenue des chiens en laisse, respect des zones de pêche…

En ces lieux fédérateurs et de vie, on s’attache à promouvoir auprès du grand public, et notamment des plus jeunes, des comportements durables et responsables. Un effort conséquent est porté sur la sensibilisation à l’environnement avec l’objectif de faire découvrir et d’expliquer le rythme de la nature par le biais de sorties ornithologiques, fermes pédagogiques, potagers-écoles, ruchers-écoles, maisons de la nature, sentiers de découverte, postes d’observations…

Avec 4 millions de visiteurs chaque année, les îles de loisirs relèvent chaque jour le défi de concilier protection de l’environnement et accueil du public, permettant à toutes et tous d’échapper pour quelques heures au quotidien et de renouer avec les grands espaces.

Île-de-loisirs

Et ils sont accessibles aux personnes à mobilité réduite !